GIORGIO.. perché erava il piu grande !

jeudi, 9 août, 2018

Voilà… il suffit d’une soirée en tête à tête, pour que je verse une larme.

OUI, « GIORGIO primo », me fait craquer !

Giorgio Primo

Giorgio Primo

C’est une longue histoire, que je vais essayer de vous compter rapidement.

Verona 19… . Je me retrouves un soir à Verona avec mon copain Stefan dans un troquet durant Vinitaly. Stefan est un « Grand » professionnel & passionné de vins jusqu’a la moelle. Défilent quelques quilles, tout trés, trés bon, et GIORGIO, dans un millésime jeune. Je ne suis pas dans un gastro, juste un truc italien – dans le centre ville de Verona – ou l’on manges et bois « bien et bon », sans chichis.

Ce GIORGIO m’espante.. la vie suit son cours. J’en trouves & j’en achéte pour moi en Italie – l’importateur de l’époque pour la France pratiquant des prix obscénes. C’est le premier « Sangiovese in purezza » qui me fait frissonner, vibrer, qui me donne des émotions que seule…..

Un jour je rencontre un « bel maschio italiano »… Ce père napolitain de ce Sangiovese toscan d’exception – Giampaolo Motta. Evidemment en tant que passionné de « pif » je le remercie pour avoir fait un si beau « Sangiovese »… Un vrai « Grand vin », un vin qui vous bouleverse, qui vous prends aux tripes, bref « ça secoue graves ». ( il faut dire que j’ai eu pendant de longues années des difficultés avec ce cépage … mais aussi leur façon de faire un bon, voir trés bon bon 100% sangiovese !). J’en profites pour remercier Franco Bernabei – un des 2-3 oenologues italiens qui comprenne la relation « terroir- cépage » de m’avoir éduqué et fais comprendre ce cépage que je trouvais « vulgaire ».

Les années ont passées. J’ai parlé à maintes reprises avec Giampaolo et lui ait expliqué mon incompréhension quand il m’annonçat que « GIORGIO primo » deviendrais un vulgaire « Super toscan ».. comme tous les mauvais imitateurs de « Sassicaia » et autres jus de raisins fermentés qui singent les bordelais & plaisent aux RICAINS… LA PUTAIN d’EUX MÊME !

Giorgio Primo

Giorgio Primo

Giampaolo continue son entreprise.. me restais cette belle quille de 1997 – Grand Millésime – et grand moment pour un « Tête à Tête »… ses parfums de cuir de Russie ou d’ailleurs, d’épices, de cèdre, de balsamique, cette bouche aussi suave que le baiser de la plus belle femme du monde et qui n’en finit pas…..

Vous conviendrais que je puisse verser quelques larmes…

N.B.. si vous m’aimez un peu, vous pouvez m’offrir des cartons de « GIORGIO Primo » jusqu’au millésime 1997.. aprés cela ne m’intéresse pas. C’est une autre page, une autre histoire et elle m’emmerde !!

SALUTE et Large SOIF !

IVO

Publicités

Primeurs 2009, Bordeaux.

vendredi, 2 avril, 2010

Comme presque tous les ans je suis allé dégusté quelques vins dans les grands crus bordelais.

– La grappe l’association de Stephane Derenoncourt (Vignerons consultants – Stéphane Derenoncourt): toujours une pléiade de beaux vins que ce soit des Bordeaux sup aux grands noms, et aussi des domaines italiens, U.S., etc… bref un beau et bon moment, accompagné par Fred Massié – un jeune et trés sympathique oenologue qui travaille avec Stéphane – et malheureusement sans son vin californien ……..

J’ai bien aimé, parmi les vins dégustés: Chateau de l’Isle Fort (http://www.lislefort.com/) un beau bordeaux avec 58% de Merlot, pour son caractére; Chateau le Pin Beausoleil 70% Merlot souple et trés charmeur; Chateau Poujeaux 50% Cab Sauv pour sa structure et son équilibre tés médoc; Berliquet et Clos Fourtet pour leur complexité et ce beau style de Saint-Emilion.

Parmi les vins d’autres pays: Topiary de « Boxwood » en Virginie aux USA, assemblage assez variétal et trés agréable.  Comme dirait l’ami Damien Gateau  « glouglouglouglou… » ;

« La Novella » Chianti Classico 2009 superbe de finesse et d’élégance pour un 80% Sangiovese….ça courre pas les rues à ce niveau là. Je goûte ce vin depuis prés de 3-4 ans ..que Stéphane l’as repris et là…. gros pas en avant au niveau qualité tout en restant bien typé Toscane !!

« Paydos 2009 » le nouveau vin de l’appellation de Toro des propriétaires d’Alonso del Yerro en Ribera del Duero. J’ai même eu la chance de pouvoir revoir Lionel Gourgue qui gére les deux domaines sur place et avec lequel j’avais visité Alonso del Yero !  Découvert « Belmont » un beau vin du Lot avec une dominante Syrah et les « Super Malbec » de Chambert à Cahors !!

ANTHOCYANES , revu l’ami François Villard avec son sourire et sa bonne humeur toujours aussi communicative.

Découverte des blancs de Beaucastel: ENOOOOORRRRMMMMEEE 2008 Vieilles Vignes , Les vins de Boillot en Bourgogne: Vraiment trés grands blancs dont un Puligny Montrachet Monopole « Clos Les Mouchéres 2007 « …. je ne m’étais pas régalé de la sorte depuis bien longtemps.

Dans le Médoc dégusté à Batailley, Pauillac, Saint Julien…. Retrouvé mes amis Sichel: Alan et Ben de Château d’Angludet à Margaux.

Retenus comme particulièrement intéressants: Gruaud-Larose; Léovile-Barton; D’Armailhac et Clerc-Millon, Pichon Contesse, Lafont-Rochet; Phélan-Ségur et Cos Labory qui continue à faire des Saint-Estéphe bien « couillus »… à la médocaine crénon de crénon…. Malheureusement les vins « Maison » ( Batailley et Lynch-Moussas) ne m’ont gére enchanté, ça ne ressemblait en rien à des Pauillac, mais il parait que l’acheteur de Berry Brother aimait.. comme quoi il faut de tout pour faire un monde !

A Pomerol j’ai fait un saut au « Bon Pasteur » pour gouter les vins de la ROLLAND COLLECTION, de Dany et Michel Rolland avec la très belle et charmante Nicolle Croft……Les vins étaient tous délicieux avec des domaines biens typés. Je retiendrais en Pomerol « Le Bon Pasteur » avec ses notes de cacao, de toréfaction douces et son beau fruit et « le Défi de Fontenil » un Pomerol déclassé grâce à l’idiotie des administratifs qui gérent les AOC … je veux parler des fonctionnaires de l’INAO ! Là dessus ils sont au même niveau que chez nous en Espagne où on les voit déclasser de superbes blancs de François Lurton (El Albar) sous prétexte qu’ils ne puent pas assez le pipi de chat – caractéristique des vins de Rueda  idem pour son beau « ex-Toro », El Albar !! Bref, pendant que des vignerons – et quels vignerons – les fonctionnaires s’occupent ! (pour rappel ils avaient été aussi imbécile avec Thunevin en déclassant une parcelle ou il avait lui aussi étendus des plastiques pour que l’eau ne rentre pas trop dans les sols….)

Voilà pour ce petit tour et vite de retour chez moi a Cadaqués dans l’Empordan !

IVO